viernes, abril 29, 2011

Renaissance du Parti communiste du Honduras (PCH) dans la lutte de résistance au régime putschiste, plus de vingt ans après sa dissolution

http://4.bp.blogspot.com/-cqdtzq19UVY/TauGq3F3sQI/AAAAAAAAF48/e7a1qhBkKsc/s290/Rigoberto%255B1%255D%255B1%255D.jpg



Dans une proclamation adressée au peuple hondurien et aux peuples du monde entier, a été annoncée la réactivation organisationnelle du Parti communiste du Honduras (PCH) culminant, dans la clandestinité, sur la tenue de son Vème Congrès où ont été adoptés ses Statuts et son Programme politique.

« Ce 9 et 10 avril, quelque part dans notre pays, nous avons organisé le Vème Congrès du Parti communiste du Honduras, réactivant ses structures organisationnelles et adoptant ses Statuts et son Programme politique », souligne le document diffusé via Internet. 

Le PCH se définit comme un parti révolutionnaire, adoptant les principes du Marxisme-léninisme pour contribuer, à partir de cette perspective, aux côtés du prolétariat et des autres couches sociales du pays, au processus révolutionnaire Hondurien.

« Nous ne renaissons pas comme prétentieuse avant-garde ni comme les détenteurs de la solution à la crise nationale, mais comme des critiques sérieux et des ennemis frontaux du système capitaliste mondial en général et du système capitaliste dépendant national en particulier », soulignent-ils.

Dans leur proclamation, les communistes Honduriens renouent avec l’esprit « anti-impérialiste, anti-colonial, anti-oligarchique et anti-clérical de Francisco Morazan », reconnaissant en lui un des grands libérateurs « qui inspire notre lutte ».

« Nous réaffirmons notre décision d’accompagner le peuple Hondurien dans sa lutte pour la refondation de la patrie, tout comme la lutte de tous les peuples du monde pour leur libération définitive et leur véritable indépendance, leur résistance à l’impérialisme et aux différentes formes d’exploitation et d’oppression de l’Humanité. »

« Les temps ont changé et, avec eux, la conscience critique, la colère et les revendications des honduriens, qui brandit aujourd’hui le drapeau d’une patrie digne et, par conséquent, ne se laisse pas effrayer par les campagnes médiatiques anti-communiste, au contraire, désormais ils montrent leur intérêt, leur disposition et leur aspiration à un système juste de production socio-économiqu socialiste comme réponse et solution au système dégénéré et pourri de production capitaliste, qui n’a que deuil et souffrance à offrir à l’Humanité », note le document.

« Nous poussons tous nos camarades à continuer à participer activement à toutes les différentes organisations qui luttent avec dignité pour le bien de notre peuple et en particulier ceux qui participent activement au Front national de résistance populaire (FNRP), contribuant à tous les espaces et à tous les processus unitaires, défendant la tolérance et refusant toute intention ou action manipulatrice par la prise de décision unilatérale. Notre devoir principal est d’assurer la plus large participation populaire dans cette instance unitaire et révolutionnaire du peuple hondurien », indiquent-ils.

« Nous appelons tous ceux dont la visée révolutionnaire est de construire le socialisme, à rejoindre nos rangs », concluent-ils.

Le Parti communiste du Honduras a été fondé le 10 octobre 1954, enraciné dans le Parti révolutionnaire démocratique Hondurien. Etant un parti légal dès sa naissance, il eut une forte présence dans le mouvement syndical, en particulier dans le secteur bananier. En 1990, le Parti communiste du Honduras se dissout et fusionne avec le Parti Rénovation patriotique.